Tony Hillerman, La voie du fantôme

Cirque de Navacelles, la Vis - Tony Hillerman, La voie du fantôme

Cirque de Navacelles, la Vis

Il était un fin connaisseur en matière de couchers de soleil, un collectionneur d’images mentales représentant les ciels nuageux aux couleurs éclatantes et les horizons rougeoyants à l’ouest que le plateau du Colorado présente avec une remarquable diversité au gré des saisons. (162)

Mon cheminement à travers les livres de Tony Hillerman, que j’ai décidé de reprendre dans l’ordre après des années passées à les lire de travers, me permet aussi de tomber sur ceux que je n’ai pas lus. La quatrième de couverture de celui-ci, toute tournée vers Los Angeles, ne m’a sans doute jamais inspirée. A tort finalement, car la ville reste discrète, et ce dernier épisode de la trilogie Jim Chee se révèle important dans l’évolution du policier. Tony Hillerman y travaille finement les sentiments du Celui-qui-Pense-longuement, nous parle des contradictions qui agite son esprit, entre nature fondamentale, nécessités sociales et attachement amoureux. On y rencontre pour la première fois Franck Sam Nakkai, qui lui enseigne les chants traditionnels. On y croise un beau portrait féminin sous les traits d’une adolescente maigrichonne et coriace. C’est un roman paisible, posé, intimiste, qui prend prétexte de l’enquête pour marquer un tournant dans le cheminement spirituel de Jim Chee.

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles - La Vis

Cirque de Navacelles – La Vis

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *