Thierry Maugenest, Les rillettes de Proust

Causse Noir, Roquesaltes

Jamais votre concupiscence n’a convoité objet au monde plus concupiscible (11)

Délicieuses rillettes, ludiques, gaies, primesautières, tendrement irrévérencieuses, amoureusement taquines. Thierry Maugenest bouscule les auteurs, fait sa petite cuisine, cherche la discrète fissure qui fera vaciller le piédestal et nous invite à venir chatouiller avec lui le Grantécrivain et la langue française. Si j’avais déjà goûté certains cas de figure chez Régine Detambel il y a ici un pétillement supplémentaire, une inventivité en sus sous la plume de l’auteur qui nous gratifie de ses inédites mise en pratique. Absolument charmant.

L’ardent Antonio Vernice, harassé par une nuit de formications et par la croupade nerveuse de la haquenée qui s’agitait entre ses jambes, vit enfin le jour se lever, éternelle resucée d’un plaisir solitaire. Il repoussa sa cuculle et murmura pour lui-même :
– Quel nycthémère ! Cette chevauchée m’a épuisé. (22)

Causse Noir - Roquesaltes

Causse Noir – Roquesaltes

Causse Noir - Roquesaltes

Causse Noir – Roquesaltes

Causse Noir - Jean-le-Blanc

Causse Noir – Jean-le-Blanc

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Thierry Maugenest, Les rillettes de Proust

  1. Sandrine Bluetit dit :

    Le phallus impudique en est pourtant paré 🙂
    Merci pour ce clin d’œil impromptu !

  2. Henriette de Proust (alias Thierry Maugenest) dit :

    Et encore… j’ai oublié les bonichons (qui sont des petits bonnets)
    T.M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *