Isabelle Autissier, Soudain, seuls

Causse du Larzac, roc du Mérigou - Soudain seuls de Isabelle Autissier

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Cher Masque et la Plume. Ce livre (et surtout l’acte de le lire que vous avez initié) marquera dans ma vie de lectrice l’évaporation de la confiance que je plaçais en vous. Nous avons pourtant parcouru beaucoup de chemins ensemble, vos enthousiasmes m’ont menée chez des auteurs qui m’ont régalée de mots, d’ivresse, de tendresse. Mais depuis quelques temps, un glissement sensible grésillait sur les ondes et en voici l’apogée. A trop vouloir vous rendre accessibles à des lectures faciles et de vaste audience, vous nous vantez les mérites d’objets vides.

Psychologie bas de gamme, rédaction appliquée, platitude d’un scénario sur lequel la substance n’a pas accroché. Ce roman est affreusement dénué de grâce, de charme et de plume d’écrivain. Tout est dit, exposé, les objets sont soigneusement et scolairement posés les uns après les autres, les situations immédiatement étirées en théories. Les mots sont sans ombre, nulle métaphore, aucun second degré, l’art de la suggestion n’a pas mis le pied sur le rivage. Bref, quid de la littérature ? Chers critiques, vous avez paraphrasé les concepts du livre – se retrouver sans rien comme à l’époque des cavernes, confrontation primitive avec la vie, dissolution de l’esprit de solidarité – qu’Isabelle Autissier expose sans fioritures. Vous nous avez vanté une fin surprenante, mais ce que vous décriviez n’arrive en fait qu’en page 153, concluant la première partie. Je me suis farci les 100 pages qui restaient encore croyant à un retournement qu’il ne faudrait pas rater, et assistant seulement à une mièvre rédemption en plastac digne d’un cadeau Damart. Je suis en pétard, le Masque ! Je vous préfère exigeants, intègres, habités de votre culture, même si elle est parfois de clocher, voire subtilement arrogants du haut de votre tour argentée, mais nous parlant au moins d’une recherche littéraire engagée, goûteuse ou difficile d’accès, mais qui vient des tripes.

Causse du Larzac - Rivière sèche

Causse du Larzac – Rivière sèche

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *