Nuala O’Faolain, J’y suis presque

l'Hospitalet du Larzac, Canalettes - J'y suis presque de Nuala O'Faolain

Causse du Larzac, Canalettes

Certaines choses très simples ont été des découvertes tardives, ce qui est, en un sens, la récompense d’avoir mal vécu. (26)

Portée par ma lecture du premier tome, j’ai replongé rapidement. Plongée et renaissance marquent justement ce retour, moins percutant, mais toujours nourri d’une farouche démarche d’honnêteté. De son style légèrement foutraque, navigant à travers les époques en suivant sa propre logique, Nuala O’Faolain nous raconte la suite de ses aventures éditoriales. J’ai pioché dans la première moitié une inspiration forte. Ses analyses sur l’intrication des comportements de sa mère dans sa propre personnalité portent loin. Ses réflexions sur les différentes strates d’expérience de l’esprit, sa construction en mille feuilles et la difficulté que nous avons à distinguer notre propre réalité sortent de l’ordinaire et transcendent l’autobiographie.

C’est la transformation que j’ai connue quand l’expérience présente m’a renvoyée dans le passé et m’a révélé qu’il y avait eu une autre strate d’expérience sous la couche apparente. La mémoire m’a livré des lieux, des situations, des pensées et des sentiments, d’une manière si complexe et nuancée que je ne ressentais pas le besoin de voir des gens. Sans eux, mon esprit était richement garni. (34)

J’ai malheureusement trouvé que la seconde moitié se perdait en incertitudes amoureuses et relationnelles. Fondement de ses interrogations qu’elle mène de front avec courage, mais qui ont lassé la lectrice. Au-delà de tout, elle m’aura donné des clefs pour accepter tout ce que j’ai pu être par le passé et que je ne serai jamais plus. Sa manière efficace de se questionner, en un processus psychologique actif et créatif restera ancré dans ma propre démarche pour devenir meilleure. Merci Nuala.

Quand j’étais petite fille, j’ai découvert que si on pleure sans pouvoir s’arrêter et qu’on souhaite s’arrêter, l’astuce consiste à faire quelque chose d’utile avec ses larmes – arroser une plante, par exemple. Elles se tarissent alors d’elles-mêmes. (47)

L'Hospitalet du Larzac, Canalettes

Causse du Larzac – Faille des Canalettes

L'Hospitalet du Larzac, Canalettes

Causse du Larzac – Faille des Canalettes

L'Hospitalet du Larzac, canalettes

Causse du Larzac – Faille des Canalettes

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *