Tony Hillerman, Dieu qui parle

Cirque de Navacelles, la Vis - Tony Hillerman, Dieu qui parle

Cirque de Navacelles, la Vis

Il semblerait que la médecine de Jim Chee soit efficace. La voie de la bénédiction qu’il a effectuée pour Joe Leaphorn a permis à ce dernier de remettre son départ à la retraite à plus tard… Un an a passé depuis leur dernière enquête.

On ne cherche pas vraiment quelque chose de précis. Si on le fait on ne voit pas les choses qu’on ne cherche pas. (32)

D’une manière générale, je prends plaisir à relire ces polars, y trouvant même un sentiment de nouveauté. Mais dès que j’ai reconnu les personnages de celui-ci, en particulier Leroy Fleck, je me suis rétractée sur mon canapé. Le souvenir déplaisant qu’il m’avait laissé à première lecture n’a pas vieilli d’un iota. C’est donc avec une certaine envie d’en finir que j’ai démarré. Heureusement, on peut suivre de multiples pistes dans cette construction complexe et mon attention s’est cette fois concentrée sur la cérémonie du Yeibichai.

Une intrigue aux multiples thèmes imbriqués, donc, qui nous emmène cette fois dans l’univers des musées et la question de la restitution des objets et squelettes de leurs collections aux tribus d’origine. Tony Hillerman joue de manière un peu trop appuyée avec les différences culturelles et le dépaysement de nos amis égarés dans Washington à travers des dialogues qui semblent surjoués. Ce neuvième épisode délocalisé n’est pas de ceux qui m’emballent le plus, trop politique, trop compliqué, mais il y a des choses à glaner, surtout quand on lit la série dans l’ordre. Si Joe Leaphorn est ici principalement aux prises avec des parapluies, Jim Chee quant à lui rompt définitivement avec Mary Landon et approfondit ses relations avec Janet Pete, qui pour l’heure s’adonne à une vie citadine dans un grand cabinet d’avocats.

Cirque de Navacelles, la Vis - Hirondelles des rochers

Cirque de Navacelles – Hirondelles des rochers

Cirque de Navacelles, la Vis

Cirque de Navacelles

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *