Jack London, L’appel de la forêt, lu par Michel Vuillermoz

Causse du Larzac, roc du Mérigou - L'appel de la forêt de Jack London

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Avec cette sureté de direction que l’homme ne peut jamais comprendre, lui qui a remplacé son instinct perdu par l’aiguille aimantée de la boussole. (2:53:44)

Mon cher Jack, si tu savais ce qu’on a inventé depuis…

Grand amour de colonie de vacances autour de mes 8 ans, je suis surprise de retrouver, quelques 34 ans plus tard, un texte aussi dur. Je suppose que l’élan de liberté de Buck s’associait dans mon évolution avec cette nouvelle expérience d’indépendance loin de la maison. Pour tout dire, je trouve aujourd’hui cette fable assez bête. Loi du plus fort, opposition très anglophone entre civilisation et monde naturel ancestral romancé et personnifié par un chien. Même si quelques échos entrent en résonance avec des aspirations intérieures, c’est lourd, taillé à grands traits. Michel Vuillermoz, très appliqué dans sa lecture, concentré sur le rythme et la diction, en offre une version très claire, mais sans supplément d’âme.

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Causse du Larzac – Roc du Mérigou

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *