Tony Hillerman, Blaireau se cache

Massif de l'Aigoual, col de Faubel - Blaireau se cache de Tony Hillerman

Massif de l’Aigoual, col de Faubel

Et apparemment, c’en était resté là : l’une de ces milliers d’interventions que les policiers de campagne doivent effectuer pour résoudre les petits problèmes de cohabitation chez des gens qu’un trop-plein de paysages grandioses, de silence ininterrompu et de solitude incite à l’excentricité. (85)

Retour à Shiprock pour une quatorzième enquête construite sur un mode classique après un Premier Aigle déroutant. Pour la première fois, Tony Hillerman nous donne un repère temporel précis. On pourrait s’amuser, partant de là, à retracer la chronologie de toute la série… par un jour de pluie désœuvré… Jim Chee s’adonne à la joie d’avoir été rétrogradé au poste de sergent. Bernadette Manuelito a elle aussi été mutée à Shiprock, ficelle un peu grosse, mais sur laquelle Tony Hillerman n’avait sans doute pas envie de s’attarder et qui fait simplement son office. Le démarrage est poussif. Les histoires de bandits m’intéressant mollement, les groupements anti-gouvernementaux américains m’étant relativement étrangers, le contexte m’est apparu flou. L’épisode du sauvetage de Franck Sam Nakkai opère un tournant par lequel le roman prend soudain corps. La maladie du shaman m’avait semblé peu exploitée dans Le premier aigle. Ici longuement détaillée, cette dernière rencontre a apaisé ma frustration. Louisa nous permet de voyager à travers les mythes. L’évolution psychologique de Leaphorn trouve enfin une orientation fluide et en harmonie avec le personnage. On finit sur une note apaisée, un esprit de communauté entre ces personnages qui vivent d’après les critères de la communauté des campements à moutons dans les monts Chuska, où le raffinement réclame l’acquis autrement exigeant et primordial de savoir marcher dans la beauté, d’être satisfait au sein d’un monde difficile. (221)

Massif de l'Aigoual, col de Faubel

Massif de l’Aigoual

Massif de l'Aigoual, col de Faubel

Massif de l’Aigoual

Massif de l'Aigoual, col de Faubel

Massif de l’Aigoual

Massif de l'Aigoual, col de Faubel, eresus

Massif de l’Aigoual – Eresus kollari

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *