David Lagercrantz, Millenium 4, Ce qui ne me tue pas, lu par Emmanuel Dekoninck

Millénium 4 de David Lagerkrantz

Je trouve que ça fonctionne plutôt bien. Le sentiment de familiarité avec la lignée des Millénium originels est enveloppé par l’habillage audio. Même lecteur, même musique, même rythme… Peut-être moins de maturité dans le texte, un manque de surprise, des éléments trop annoncés, trop expliqués qu’on aurait pas trouvés dans les romans de Stieg Larsson. Mais ça passe dans le flot. David Lagercrantz porte une véritable attention à Lisbeth. Sans doute une manière de réorienter la série. Il saisit le personnage avec douceur et l’entraîne délicatement vers sa nouvelle existence. La collaboration de la hackeuse avec August est assez amusante et imprime sa dynamique au récit. Il n’y a qu’elle pour être déçue par les performances d’un génie… ! Certaines pistes sont un peu négligées (ce pauvre Andrei, auquel on s’était attaché est assez anecdotique dans ses déboires pourtant affreux), la fin est foutraque, la suite trop grossièrement annoncée, mais les personnages ont du relief, les fils conducteurs sont présents. Un audiopolar de bonne facture, même si  ce n’est que du réchauffé.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *