Tony Hillerman, Le vent qui gémit

Vabres l'Abbaye - Le vent qui gémit de Tony Hillerman

Vallée du Dourdou

Blaireau se cache s’était terminé sur une note apaisée et cette harmonie perdure et prend son ampleur ici. Une brise de douceur souffle sur l’écriture de Tony Hillerman qu’on a connue plus âpre et plus rocailleuse. Un esprit de communauté complice unit le clan des quatre qui finissent par se trouver réunis à une table de cafétéria. Bernie Fille-qui-Rit, botaniste amateur et naturaliste enthousiaste nous fait du charme tout au long de l’enquête et finit par emporter le cœur de Jim Chee. Un autre versant de la sensibilité de Tony Hillerman qui offre un polar fluide, différemment ancré, mais toujours habité par cette région des Four Corners qu’il nous a fait découvrir et aimer tout au long de son parcours jusqu’à ce qu’elle devienne une part intégrante de notre imaginaire.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *