Virginia Woolf, Mrs Dalloway, lu par Sophie Chauveau

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles 84.XC.870.742

Sophie Chauveau déroule le fil de sa narration en un flux continu de rivière qui même lorsqu’il trébuche sur un terrier d’Aberdeen reprend rapidement sa fluidité naturelle. Il sied bien au rythme des pensées de Mrs Dalloway, mais gare aux moments d’inattention ! On se retrouve vite en terrain inconnu. Le texte sautille d’un personnage à l’autre comme un moineau qui irait picorer ici et là au gré des miettes et des gourmandises qu’on lui lance, sans s’embêter des règles de convenance. Mrs Dalloway qui n’existe que par son regard, la rencontre de ses sens avec tout ce qui l’entoure, est le papier photographique dont Virginia Woolf se sert pour donner vie à l’activité des rues de Londres. Elle a une écriture singulière, on sent d’emblée une personnalité littéraire. Qui ne m’a cependant pas du tout parlé. Cet environnement mondain et urbain m’a profondément ennuyée et j’ai définitivement décroché bien avant la moitié du chemin.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *