Guillaume Le Touze, Attraction

Guillaume Le Touze, Attraction

Le résumé du quatrième de couverture ne rend pas justice au livre. On s’attend à une histoire assez sage et on se retrouve spectateur de scènes crues où l’indécence des corps frôle la spontanéité amorale.

La réalité est une question de point de vue. (149)

Effectivement… et il y a du flottement !

Irène entre dans une relation dans laquelle on ne peut compter sur aucune forme de convenance, ce qui lui permet d’errer à sa guise entre fantasme et modelage de la réalité, jusqu’à entraîner avec elle son compagnon. La frontière s’efface. On ne sait plus ce qui est du récit et ce qui est de l’extrapolation.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *