Agatha Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd, lu par Thibault de Montalembert

The Metropolitan Museum of Art, New York 39.52 - Agatha Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd lu par Thibault de Montalembert

The Metropolitan Museum of Art, New York 39.52

Elle n’est pas affligée de ces curieux gargouillis d’estomac qui semblent si répandus chez les filles lorsqu’elles servent à table. (4:23:20)

Poirot s’introduit dans l’histoire de manière facétieuse et très distrayante. Agatha s’autorise quelques petites pincées d’ironie. On a l’impression que c’est poussif, et puis l’entourloupe finale… Pas mal, pas mal du tout ! Je m’étonne de n’en avoir eu aucun écho auparavant, ayant tant lu ou vu des adaptations de la romancière. Tant mieux, je l’ai découverte avec toute la fraîcheur d’âme souhaitée. Ne pas se laisser prendre par l’illusion collective, telle est la grande leçon d’Hercule Poirot.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *