Nicolas Dickner, Six degrés de liberté, lu par Hélène Lausseur

The Rijksmuseum, Amsterdam RP-T-1974-83 - Nicolas Dickner, Six degrés de liberté, lu par Hélène Lausseur

The Rijksmuseum, Amsterdam RP-T-1974-83

Ce n’est pas un polar bien qu’il y ait un mystère. Ce n’est pas un livre drôle bien qu’il y ait des touches de dérision. Ce n’est pas un roman jeunesse bien que la simplicité de l’histoire rappela Fantômette. Un livre choral ? Un peu, mais tellement délayé qu’on en boirait pas si c’était du jus de poire. L’intrigue n’est construite que de prétextes. Pseudo-existenciel, pseudo-humaniste, pseudo-politique, écrit sans aucun charme, aucune grâce, aucune personnalité, comme on fait de nos jours. Fadasse et quelconque en somme. Navigant de façon ambiguë entre la boutade et la terrible gravité de son sujet. La désinvolture est mal dosée.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *