Marlen Haushofer, Nous avons tué Stella

Causse du Larzac, forêt de La Vialette - Marlen Haushofer, Nous avons tué Stella

Causse du Larzac, hêtraie de La Vialette

J’aime les fleurs plus encore que les animaux, car elles sont muettes, ne sautent pas partout et ne troublent pas le cours obsessionnel et stérile de mes pensées. (50)

Ici aussi le thème du mur invisible – le terme lui-même est cité – mais dans ce texte antérieur, le contexte est beaucoup plus étouffant, renfermé, claustrophobique. Ici point de fraternels compagnons à poils ou à plumes, seulement un pathétique bébé oiseau dont les cris lancinants accompagnent la dramaturgie. Point de nature grandiose mais un jardin laissé en friche que regarde inlassablement la narratrice à travers la fenêtre. Ne plus penser, ne pas résister, fuir toujours dans l’effacement. Et finir par perdre ce à quoi on tient à force de vouloir le préserver. Sans compter les dommages collatéraux. Triste et glaçant. Mais réaliste. Impuissance, lâcheté ou hypocrisie ? Les trois mêlés dans une danse mise en pas avec justesse.

Causse du Larzac, au-dessus de Saint Beaulize

Causse du Larzac – Au-dessus de Saint-Beaulize

Causse du Larzac - Vautour fauve

Causse du Larzac – Vautour fauve

Causse du Larzac - Vautour fauve

Causse du Larzac – Vautour fauve

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *