Éric Chevillard, Le désordre azerty

Causse du Larzac, falaises du Lauradou - Éric Chevillard, Le désordre azerty

Causse du Larzac, falaises de Saint-Beaulize

Littérature, ma belle, sais-tu que tu emmerdes tout le monde ? (136)

En cette fin d’hiver brumeuse où l’humidité de trois mois pleins a fini par avoir raison de ma lucidité et de mon équilibre mental, je suis atteinte du syndrome Guerre et Paix – que j’écoute par ailleurs. Une sensation de n’avoir pas tiré tout le sens, d’avoir mal cerné les nouveaux personnages apparus dans un chapitre qui me pousse à relire, réécouter au moins une fois, voire deux, voire trois, chaque page des livres que j’ai entre les mains. Un doute gustatif, un vide au creux de l’estomac, un flottement des perceptions. L’expérience n’est pas déplaisante ne fusse un temps de lecture rallongé à l’image de cet hiver tout de gris uniforme qui n’en finit pas. Aller et revenir entre Kangourou, Fille, Beckett et Utilité dans le grand désordre Azerty de l’univers météorique Chevillard, telle a été mon expérience de ce volume. Champ lexical soigneusement mis en orbite et associations d’idées frôlant la matière noire sans s’y égarer, les fantaisies littéraires prennent leurs aises, pendiculent, s’allongent voluptueusement dans l’atmosphère. Le seul effort à faire pour atteindre avec elles à la transfiguration immédiate est de se laisser flotter.

Mais, pour le lecteur, qu’elle aubaine, un écrivain qui a du style ! Voici enfin toute l’expérience humaine reformulée. (91)

Causse du Larzac - Rocs du Lauradou

Rocs du Lauradou – L’Aigoual

Falaises de Saint-Beaulize - Vautour fauve

Causse du Larzac – Vautour fauve

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *