Jean Anouilh, L’alouette

Causse du Larzac, La Fageole - Jean Anouilh, L'alouette

Causse du Larzac, La Fageole

Et tout cela finit par s’éteindre et se noyer tranquillement dans les eaux de vaisselle. (125)

Il paraît qu’il y a de moins en moins d’alouettes. Un tiers de ces siffleurs des champs aurait disparu en 15 ans. Aussi fragiles et volatiles que la voix de la tendresse humaine. On ne la suit pas complètement, Jeanne, on adhère pas tout à fait à sa résolution guerrière. Mais quand même, on a du respect pour sa lumineuse droiture et sa foi sincère, à son corps défendant. C’est une pièce qui a beaucoup à nous dire sur notre époque. Sur les discours biaisés, tortueux et sournois. Sur la menace de l’Idée qui s’impose comme une massue et écrase la grâce sans une once de scrupule. Sur le religieux qui n’a que faire de l’humanisme éclairé.

Apprenez que dans les textes dont vous parlez, si nous faisions l’imprudence de les leur confier, les simples puiseraient l’amour de l’homme. Et qui aime l’homme, n’aime pas Dieu. (123)

C’est une pièce très dure qui doit être impressionante à voir jouer. La lire, du moins, permet de moduler son imagination.

Je vous en prie, ne mélangeons pas les diables de chacun. (21)

Causse du Larzac - Anémone pulsatille

Causse du Larzac – Anémone pulsatille

Rocs du Lauradou - Anémone pulsatille

Rocs du Lauradou – Anémone pulsatille

Rocs du Lauradou - Anémone pulsatille

Rocs du Lauradou – Anémone pulsatille

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *