Florence Delay, Partition rouge

Massif de l’Aigoual, cascade de l’Hérault

L’angle adopté par cette anthologie est résolument poétique. Elle est un peu foutraque, mêlant les sources et les traditions de divers horizons, mais portée par une vision. Le voyage est chamanique. Ce qui paraît sans direction est une invitation à tracer sa voie vers le rajeunissement mystique en suivant les points cardinaux : est/aube, sud/enfant, ouest/guerrier, nord/mort et retour à l’est/aube. Le cercle et son centre offrent une possibilité de nouveau point de départ permanent.

Coyote. Responsable des choses telles qu’elles sont. (108)

Les paroles de la Ghost Dance, un chapitre sur les noms crees, côtoient des nouvelles de mon vieux cousin Coyote, figure du dérisoire, de l’absurde et du chaos qui entre dans l’interdit. Voilà pourquoi il est un maître. J’ai particulièrement apprécié la partie finale, les chants navajos de la Voie de la Nuit. On est frappé par la place prépondérante et structurante des histoires collectives dans l’équilibre sociétal et personnel. Ce n’est pas Boris Cyrulnik qui dirait le contraire…

Une puissante magie !

Massif de l’Aigoual – Cascade de l’Hérault

Massif de l’Aigoual – Cascade de l’Hérault

Massif de l’Aigoual

Massif de l’Aigoual

 

Je croyais que j’étais un loup
Mais les hiboux hululent
Et j’ai peur du noir

Je croyais que j’étais un loup
Mais j’ai tellement faim
Que debout je suis déjà fatigué

Je suis un loup
Je vais en bien des endroits
Je suis seulement fatigué de celui-ci

Je croyais voir des bisons
Et j’appelai
Je croyais voir des bisons
Et j’appelai
Ah que ce soient des bisons

C’étaient des merles
J’allais vers eux
Et c’étaient des merles

Je croyais voir des bisons
Et j’appelai
Je croyais voir des bisons
Et j’appelai
Ah que ce soient des bisons

C’étaient des hirondelles
J’allais vers elles
Et c’étaient des hirondelles

En fuite éperdue
J’ai chassé les hirondelles
En fuite éperdue
Je les ai fait partir
En fuite éperdue
Avant que les nuages se rassemblent

En fuite éperdue
J’ai chassé mon cheval
En fuite éperdue
Une hirondelle volant et courant
Avant que les nuages se rassemblent

[sioux]

(165)

joyeusement je guéris
joyeusement l’intérieur de moi devient frais
joyeusement je vais de l’avant
sentant le froid à l’intérieur fasse que je marche
n’ayant plus mal fasse que je marche
insensible à la douleur fasse que je marche
avec un sentiment de vie fasse que je marche
comme c’était autrefois fasse que je marche
joyeusement fasse que je marche
joyeusement avec d’abondants nuages sombres fasse que je marche
joyeusement avec d’abondantes averses fasse que je marche
joyeusement avec d’abondantes plantes fasse que je marche
joyeusement avec une piste de pollen fasse que je marche
joyeusement fasse que je marche

[navajo]

(231)

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *