Agota Kristof, Le grand cahier, lu par Eric Herson-Macarel

Agota Kristof, Le grand cahier, lu par Eric Herson-Macarel

C’est un texte difficile que celui de ce grand cahier. Pas dans sa forme, qui est simple et agréable, mais dans son propos. Il est d’une crudité et d’une lucidité froide et coupante, comme de la glace.

Les  jumeaux de l’histoire sont avides de réalité :

Nous ne prions jamais, vous le savez bien, nous voulons comprendre.

Intelligents, débrouillards, pleins de maturité, ils se transforment peu à peu en enfants témoins, jauge d’une humanité douloureuse, à l’image des capucines que l’on plante dans le potager pour canaliser les pucerons.

Mais sagesse sans compassion est dangereuse, comme diraient nos amis vajrayanistes..

Fascinant. J’ai hâte d’écouter le deuxième tome.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *