Madame de La Fayette, La princesse de Clèves, lu par Adeline d’Hermy

The Metropolitan Museum of Art, New York JP3295 - Madame de La Fayette, La princesse de Clèves, lu par Adeline d'Hermy

The Metropolitan Museum of Art, New York JP3295

La lectrice est un peu maladroite, mais alliée à sa jolie voix, sensible, vibrante et dotée d’une sonorité singulière, cette qualité se prête bien au contexte. La jeunesse et la découverte de l’amour… J’ai prêté une oreille inattentive à ces froufrous de cour, ne prenant pas la peine de revenir en arrière pour combler les blancs nés de mes décrochages. Tant de fioritures pour des histoires de fesses ! ai-je été tentée de m’exclamer. Que ces gens ont l’air de s’ennuyer ! Cour de récréation en habits papillotés, papotages et commérages, l’art du langage est à l’honneur. L’histoire de la lettre est assez amusante. La fin désolante de moralisme sacrificiel niais. L’intérêt ne peut réellement s’éveiller que par une mise en contexte historique et littéraire.

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *