Dana Stabenow, À pierre fendre

Côte méditerranéenne, Vendres-plage - Stabenow, À pierre fendre

Côte méditerranéenne, Vendres-plage

Emporté en vacances à la plage et en bungalow, le contraste climatique s’est avéré très plaisant. Le bush alaskien et ses Aléoutes ont pu prendre vie en toute indépendance dans mon esprit. Le roman est écrit d’une main vigoureuse ce qui, du coup, confère rapidement aux protagonistes une présence charnelle. Par contre, les corps se déplacent parfois sans transition. On croit que quelqu’un est assis sur une chaise et quelques lignes plus loin il est en train d’ouvrir une porte alors qu’il ne s’est jamais levé ! Je visualise également mal comment on peut s’extirper d’un engin de chantier à quatre pattes, puis, toujours dans la même position, traverser un parking tout en tenant une poupée gonflable dotée de proportions stupéfiantes !

La propriété de Mandy Bake (…) paraissait mal tenue en dépit de la couche de neige immaculée qui la recouvrait (45)

La propriété n’avait pas changé en trois jours. Ici non plus, il n’avait pas neigé. (210)

Nonobstant ces maladresses, c’est un polar dont le goût se prolonge en bouche. Pour une fois, le quatrième de couverture dit à peu près vrai. Il y a une parenté en écriture avec le sens du décalage et l’humour nonchalant de Craig Johnson. Avec ceux de Jorn Riel aussi. Concernant la comparaison avec Tony Hillerman, je suis beaucoup plus circonspecte. Copper river n’existe pas, j’ai vérifié sur les cartes. La présence du pays n’est pas très forte, je n’ai pas ressenti le désir de m’y incarner, comme chez le compagnon des Navajos. L’intrigue n’est pas fantastiquement complexe ni mystérieuse mais je pourrais revenir vers la série par sympathie pour Kate et Mutt… et pour garder un lien avec mes délicieuses vacances !

Vendres-plage - Lever de soleil

Vendres-plage – Lever du soleil

Vendres-plage - Au lever de soleil

Vendres-plage – Au lever de soleil

Vendres-plage - La lune au lever du jour

Vendres-plage – La lune au lever du jour

Vendres-plage - Lézard

Vendres-plage – Lézard à deux bandes mélanique

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *