David McNeil, Un vautour au pied du lit

Vabres l'Abbaye, grotte - David McNeil, Un vautour au pied du lit

Vabres l’Abbaye, grotte

Attrapé au vol pour essayer de survivre à l’entre-deux fêtes Noël-Nouvel an (j’ai horreur des fêtes de fin d’année), cette immersion dans les pensées de David McNeil a fait son office quelque temps. Son espace mental ressemble à un appartement un lendemain de fête : légèrement en désordre, des bouteilles vides et des cotillons traînant derrière les canapés, une culotte rose en dentelle flottant à une poignée de porte. La joie de se retrouver entre amis imprègne encore l’atmosphère, mais déjà mêlée à une lucidité qui étreint le coeur : sous la fête le vie s’effrite et le corps se dégrade. L’amusement est-il vraiment si insouciant et si libre qu’il en a l’air ? Gentil brigand, malade indiscipliné, David McNeil fait un numéro de charme qui donne de la saveur à ses souvenirs. Le vautour qui le guette au pied de son lit reste coi, seul son regard en dit long. Contrairement aux archanges et à Lucifer qui se révèlent plutôt bruyants et ennuyeux dans leur logorrhée. Sous le séducteur, le malade en bave. Le voyage en chimiothérapie et en radiothérapie est assez poignant. Je me suis malgré tout lassée au deux tiers comme je l’aurai fait si un homme, jouant de galanterie et de cordes sensibles, et voulant vérifier qu’il était toujours vivant, était venu m’entreprendre à une table de café.

Vabres l'Abbaye - Grotte

Vabres l’Abbaye – Grotte

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *