Craig Johnson, Tout autre nom

Vabres l'Abbaye, grotte - Craig Johnson, Tout autre nom

Vabres l’Abbaye, grotte

Aux prises avec un porte-carte qui se joue de la pesanteur, un percolateur à jet en libre-service et une agrafeuse agressive, Walt Longmire se trouve accaparé par la gestion d’objets rétifs autant que par celle de ses congénères. Il débaroule sur la place et empoigne tout ce qui bouge. Le canardage va bon train, on ne fait plus la différence entre les flocons de neige et les balles qui sifflent à tout va.

Henry, l’artisan des intrusions élégantes (…). (243)

Craig Johnson place ses gimmicks en vieux loup de mer. L’apparition d’Henry se fait avec une élégance… qui s’évapore assez vite. L’interpellation chamanique des bisons ne suffit pas pour insuffler au cheyenne son charme habituel. Il s’incarne ici comme un corbeau brûlant du feu de la justice musclée. Pas vraiment l’esprit amérindien habituel du voleur de lumière.

Je ne pus m’empêcher de rire au vu de la totale absurdité de la situation. (308)

Craig Johnson semble évaluer jusqu’où il va pouvoir pousser le bouchon – entre le plaisir de l’originalité et de l’action offert au lecteur et l’invraisemblance qui tue son adhésion.

Faut que je vous dise, c’est un sacré chapeau que vous portez là. (341)

Dans son placement de produit, il a oublié la marque du chapeau qui ne s’envole jamais, même quand on fait des acrobaties sur le toit d’un train par féroce blizzard…

J’ai beau savoir que tout est calculé, j’ai quand même fini par me régaler. C’est un auteur qui fait son boulot de manipulation avec classe.

Vabres l'Abbaye - Grotte

Vabres l’Abbaye – Grotte

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *