Michèle Lesbre, Écoute la pluie

Michèle Lesbre, Écoute la pluie

Le format du livre et la douceur de son papier me rappellent les romans pour la jeunesse, saveurs inégalables des premières joies de lectures.

Michèle Lesbre nous propose une longue nuit chaotique empreinte de désordre et de déambulations parisiennes. Le texte ne manque pas de charme, mais peine à tenir ses promesses. L’auteure évoque et cite la violence et l’égarement mais ne les transmet pas. On aimerait bien partager le bouleversement de cette femme, mais de souvenirs amoureux en évocations familiales, du temps d’une danse à l’instantané d’une photographie, on a plutôt l’impression de bavarder autour d’un thé que d’errer dans le déchirement soudain d’un réalité bousculée.

Une ballade intérieure qui manque de noirceur pour que l’espace lumineux sur lequel elle se termine soit vraiment flamboyant, par contraste.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *