Johan Theorin, L’écho des morts, lu par François Tavares

Johan Theorin, L’écho des morts, lu par François Tavares

Les vagues, le brouillard, les phares, le vent, tiennent un rôle prépondérant dans ce polar maritime. Après coup, je ne sais plus s’il y avait des bruitages ou si le souffle de la tempête n’a vécu que dans mon imagination. Tout en ambiance, un soupçon de fantastique, une finesse des personnages qui prennent corps sans lourdeur ni artifices, il s’écoute d’une traite.

François Tavares est d’une grande habileté pour interpréter les voix. Son maman ! va continuer à retentir de manière inquiétante pendant longtemps dans mes souvenirs d’auditrice.

Ne boudons pas notre plaisir : je me suis régalée !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *