Jo Nesbo, L’homme chauve-souris

The Metropolitan Museum of Art, New York 2008.312 - Jo Nesbo, L’homme chauve-souris

The Metropolitan Museum of Art, New York 2008.312

En fouinant chez Gibert, je me suis laissée tentée par ce roman dont je ne connaissais rien. La couverture aux motifs aborigènes et la consonance nordique du nom de l’auteur ont suffisament flatté les affinités de mon coeur pour me pousser à l’acheter.

Si le début s’est laissé lire facilement, la lente descente éthylique du personnage principal m’a très vite lassée. Entre vomis et bas-fonds glauques, j’ai survolé les 2/3 du livre sans plaisir et juste dans l’idée de le finir.

Des personnages dont on a pas envie de connaître l’histoire, une intrigue peu stimulante et un assassin sans surprise… très peu emballée.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *