Catherine Cusset, Indigo, lu par Cécile Cassel

Catherine Cusset, Indigo, lu par Cécile Cassel

Cécile Cassel démarre en rafales. L’inquiétude, le stress suintent. Les personnages surnagent au milieu de leurs déboires et de leurs tourments. C’est tellement jouissif de visualiser toutes ces personnes aux prises avec leurs emmerdements ! J’avoue que c’est ce qui m’a procuré le plus de plaisir à l’écoute de ce livre. Bon. Ce n’était peut-être pas le but de l’auteure. Tant pis ! Le ton de Cécile Cassel s’adapte, porte le texte. Désastres et effondrements. L’effet hors contexte de cette parenthèse constituée par le festival provoque des ravages. Les remises en question et les effets boomerang du passé ne sont pas tendres mais construisent petit à petit une histoire originale qui ne donne pas du tout du tout envie d’aller en Inde.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *