Nicolas Gogol, Le journal d’un fou, lu par Jérôme Kircher

Nicolas Gogol, Le journal d’un fou, lu par Jérôme Kircher

Que les classiques peuvent être surprenants ! On se forge des a priori et on se retrouve face à des lettres écrites par des chiens. Aujourd’hui on a Google pour assouvir nos pulsions d’appropriation de la vie des autres… plus simple en quelque sorte, mais moins romanesque. Jérôme Kircher est tout en sensibilité. Il porte le narrateur, accompagne son obsession des titres et des honneurs, sa recherche d’alternatives pour accéder à une certaine respectabilité, comme sur une scène de théâtre. Une bonne interprétation pour un texte qui est loin d’être mon préféré dans l’œuvre de Nicolas Gogol. La mise en scène littéraire du fou m’a comme souvent mise mal à l’aise. Trop facile, trop grossier, trop caricatural.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *