Brigitte Aubert, La mort des neiges, lu par Marie-Christine Letort

The Metropolitan Museum of Art, New York 50.130.12 - Brigitte Aubert, La mort des neiges, lu par Marie-Christine Letort

The Metropolitan Museum of Art, New York 50.130.12

Ou un inconnu vous offre un steak  … J’ai adoré la première partie du roman, toute en finesse, construite autour des perceptions d’une héroïne clouée dans un fauteuil, aveugle et muette. La douceur et l’humour de son tempérament contrebalancent de manière très heureuse les détails plus crus de l’aspect polar.

Le retournement de situation du milieu du livre, m’a laissée perplexe. On part soudain dans une situation improbable, de mauvais goût et d’une morale douteuse; dans une surenchère glauque, une farce grotesque et sanglante que je me suis empressée de parcourir pour arriver à la fin – sans intérêt. J’aurai pu m’épargner l’écoute de toute cette partie.

La mise en voix est fine et expressive, chaleureuse et familière. On adhère tout de suite.


Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *