Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné, lu par Philippe Herisson et 11 comédiens

Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné, lu par Philippe Herisson et 11 comédiens

La musique est pesante, plombante, désespérante. Dès le début, elle alourdit l’atmosphère. Sa récurrence à tous les coins de piste finit par taper sur les nerfs et devenir crispante. Philippe Herisson l’accompagne d’un ton mélodramatique et déprimé. Je n’accroche vraiment pas du tout avec ce type de lecture théâtrale, tout en émotion appuyée, surchargée. Abandon rapide même si le texte a l’air beau… Direction la version papier !

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *