Sofia Oksanen, Purge, lu par Marianne Epin

Sofia Oksanen, Purge, lu par Marianne Epin

Marianne Epin a un joli timbre de voix, bien reconnaissable. De sa diction claire et rythmée, elle nous fait pénétrer dans ce récit sobre aux menaces sournoises. Les fantômes du cagibi volettent au milieu des mouches de la cuisine et pondent leurs œufs dans la viande. L’ambiance est délétère. Elle est aussi mélancolique et prudente, ronde et douce, comme la musique qui accompagne la lecture. Quand la rudesse de l’Histoire rejoint les saloperies ordinaires, les êtres se débattent pour survivre. Regards furtifs, printemps précoces deviennent les signes de menaces larvées. Aliide est un personnage intéressant, si ordinaire dans ses trahisons. Un livre habité.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *