Maxime Chattam, La promesse des ténèbres, lu par Hervé Lavigne et Véronique Groux de Miéri

The Metropolitan Museum of Art, New York 1974.212 - Maxime Chattam, La promesse des ténèbres, lu par Hervé Lavigne et Véronique Groux de Miéri

The Metropolitan Museum of Art, New York 1974.212

 

Comment dire ? Une écriture arrogante, pleine de clichés et sans finesse… une psychologie et des relations entre les personnages grossières et vulgaires… des références branchées urbaines… des descriptions détaillées, réalistes et jouissives de scènes glauques et très dures… une musique grandiloquente… une conception du Mal manichéenne et théâtrale flatteuse de bas instincts…

Je déteste !

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *