Marguerite Yourcenar, Nouvelles orientales, lu par Christian Gonon

Marguerite Yourcenar, Nouvelles orientales, lu par Christian Gonon

On commence par la peinture et on finit en peinture dans ce recueil de nouvelles variées aux accents durs et cruels. Elles tiennent du conte, mais sont plus étoffées. Là où le conte est laconique et simple en paroles, elles apportent une teneur littéraire et une écriture poétique solides. Marguerite Yourcenar revisite un fond mythologique qu’elle maîtrise sur le bout des ongles, imaginant des variations, brodant de nouvelles histoires.

La première m’a rappelé le récit mythique de la vie du Bouddha. Un Bouddha qui aurait mal digéré son enfance dorée et surprotégée  au lieu de s’orienter vers une quête spirituelle.

Le moine Athanase Thérapion, dont il est dit qu’en Égypte, il avait ressuscité et évangélisé des momies est effrayant dans sa fixation  inquisitoriale contre les nymphes.

Christian Gonon nous invite à entrer dans cet univers oriental avec énergie, parfois un peu rapide en lecture, mais tout de même agréable à suivre.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *