Karin Serres, Monde sans oiseaux

Plateau du Lévézou, puech Monseigne - Karin Serres, Monde sans oiseaux

Plateau du Lévézou, puech Monseigne

Picturale, poétique. Une écriture qui laisse la part belle à l’imagination du lecteur. Parfois glauque (les cochons sanguinolents), dérangeant (les modes de séduction des hommes envers les petites filles), la violence sous-jacente n’altère pas le charme et la force de l’ensemble. C’est très court, mais je l’ai quand même lu sur plusieurs jours. Ce surréalisme se digère lentement.

Finit sur une grande tristesse. La lourdeur de la vie et son insignifiance.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *