Marcel Proust, Du côté de chez Swann, lu par André Dussolier

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, lu par André Dussolier

Cet été 2013 aura été bercé par l’émission Un été avec Proust de France Inter. Comment ne pas se laisser séduire par tant d’enthousiasmes cumulés, d’analyses alléchantes, comment ne pas plonger ?

Comme l’a conseillé un des intervenants, je me suis laissée allée au flot des phrases, sans chercher à m’accrocher aux mots. Et le courant m’a emportée. Proust s’écoute très bien quand on largue les amarres. André Dussolier lit au rythme de la pensée, de la rêverie. On peut se laisser aller, s’égarer, revenir vers l’écoute, on ne perd pas le fil. Ce livre audio convient merveilleusement aux longs trajets en car. Le son se fond dans le paysage.

Le personnage de la tante est cocasse, voire parfois franchement drôle, dans un passage évoquant les chiens étrangers au village notamment. Mme Verdurin est aussi un personnage haut en couleur, juchée sur son perchoir comme une perruche et qui s’efforce de ne pas trop rire pour éviter de se décrocher la mâchoire – au sens propre ! La langue est superbe mais le narcissisme larmoyant de Swann a finit par avoir raison de moi. J’ai finis par n’avoir plus aucune envie de côtoyer ces gens vains et superficiels, leur société est lassante au bout d’un moment.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *