Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, lu par Thibault de Montalembert

Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, lu par Thibault de Montalembert

Finalement c’est pas mal ! Pas mal du tout, même ! Je me méfie toujours des livres à succès. Je les écoute parce ce sont quasiment les seules nouveautés qui sortent en livre audio. Autrement, pour la plupart, je passerai à côté sans même leur jeter un œil.

Toute la sève de celui-ci réside dans sa construction. Une véritable poupée russe ! S’il m’a fallu une dose de persévérance pour passer la moitié – longs passages sur l’histoire d’amour entre Nola et Harry, conseils littéraires à la mords-moi le nœud (mais directement mis en pratique dans le roman ce qui est ironiquement drôle), mélange de roman sans profondeur et de polar mollasson, ont fait affleurer l’ennui. Seulement, quand le pourquoi du comment pointe son nez, on jubile. La crasse sous les tapis, les redites, la mièvrerie, prennent toute leur dimension dans ce jeu de vérité malléable. Les a priori se décomposent, les images de carte postale bien pensante se délitent à l’acide. Extrêmement habile et manipulateur ! La vérité est ailleurs, toujours ailleurs. Y-a-t-il seulement une vérité ?

Thibault de Montalembert ajoute à cette habileté son beau timbre de voix et ses dialogues parfaitement menés. La musique, originale, porte l’ambiance qui se dégage d’Aurora.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *