Grey Owl, Un homme et des bêtes

Grey Owl, Un homme et des bêtes

… ou de l’éducation des jeunes castors.

Un bien étrange personnage que ce Grey Owl ! Parfois grandiloquent, aimant se mettre en scène, cherchant à séduire son lectorat, homme de principe aux limites de l’agaçant, il devait être assez difficile à vivre au quotidien, entêté et solitaire.

On ne sait jamais trop s’il raconte la vérité, s’il enjolive, s’il brode sur des événements réels ou s’il invente (quoique cette dernière hypothèse me semble peu plausible). Mais au final… quel merveilleux conteur ! L’écriture est à la fois nette, simple et un peu malhabile, mais finit par s’affermir au fur et à mesure du livre. Sa volonté si forte de partager ses idées et ses sentiments sur la nature finit par être touchante et entraînante. On se laisse prendre au jeu de son habileté de raconteur d’histoires et ses petits amis poilus prennent corps et réalité pour longtemps dans notre esprit.

Animaux très bavards, communicatifs et tendres, curieux de tout, inventifs et parfois dévastateurs dans leur notion très particulière de l’ordre et de la propreté, les castors apparaissent sous un jour assez inconnu.

J’ai par ailleurs trouvé le livre en lui-même très sympathique. Le papier (recyclé) est très agréable, sa coloration se marie harmonieusement avec les illustrations et l’image de couverture. L’ensemble respecte l’esprit du livre et forme un tout harmonieux. Un bel objet !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *