Nina Berberova, le roseau révolté, lu par Isabelle Hupert

Nina Berberova, le roseau révolté, lu par Isabelle Hupert

Isabelle Hupert a un beau timbre de voix. L’absence d’image filmée la met en valeur. A la fois douce et franche, en clarté avec elle-même, la personnalité jaillissant de l’intérieur, c’est une lectrice pleine de richesse.

Délicat et sensible, ce texte ne se donne pas d’emblée. Il faut écouter attentivement pour en saisir les nuances. Il ne se prête d’ailleurs pas très bien à une écoute dans les transports en commun. J’ai du faire de gros efforts de concentration pour ne pas perdre le fil. Une séance de tricot ou de broderie à la maison semble plus adaptée pour son approche.

J’ai trouvé que c’était un beau texte sur l’intégrité, ou ce que Nina Berberova appelle le no man’s land. Le parcours amoureux de cette femme qui apprend à ne pas s’engouffrer dans les portes ouvertes est inspiré et inspirant. À réécouter.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *