Agatha Christie, L’heure zéro

Agatha Christie, L'heure zéro

J’ai lu quasiment tous les romans d’Agatha Christie durant un ou plusieurs étés de mon adolescence dans la maison d’une tante qui les avait collectionnés. Je n’y avais plus remis le nez depuis.

J’adore la couverture, désuète aussi bien qu’intrigante et originale (pourquoi une arrête de poisson ? Mystère !) La note de l’éditeur qui se propose d’échanger tout volume présentant un défaut technique avec frais de port remboursés est délicieuse de dévouement.

Ce qui m’a touchée dès l’abord, c’est l’élégance de l’écriture. Les personnages  prennent corps tout de suite. La construction du récit est originale et s’amuse à perdre le lecteur dans une première partie qui saute du coq à l’âne. J’ai sans doute vu une adaptation TV de ce roman car il y a des détails qui ont fait « tilt » !, mais ça n’a rien gâché. Au final, des retrouvailles très agréables auxquelles je donnerai suite. Ce côté livre à énigmes parsemé de petits cailloux blancs m’a beaucoup plu.

Il y a tant de gens qui veulent le bonheur de leur prochain, tant de gens qui sont perpétuellement préoccupés d’arranger la vie des autres. (102)

À qui le dites-vous, Agatha…

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *