Franck Thilliez, Vertige

Franck Thilliez, Vertige

Une écriture simple, directe et rapide, d’emblée agressive. On entre de plain-pied dans du tout émotionnel, de la grosse cavalerie aux relents cinématographiques privilégiant le visuel.

Chaque chapitre a droit à une citation d’ouverture dans une tentative de donner du corps et de la profondeur à un texte qui n’en a pas.

Sur le thème du huis-clos souterrain, Arthur Upfield a fait bien mieux.

Je n’ai rien contre les livres qui exposent la laideur du monde ou frisent le glauque tant qu’il y a de l’humanité. Ici l’auteur traite ses personnages comme des objets, les utilisant de manière caricaturale dans une mise en scène censée se justifier par son final.

Car nous aboutissons au final à un double pied-de-nez, dans le style de Shutter Island ou de La mort des neiges de Brigitte Aubert. On aime bien utiliser utiliser les fous dans ces cas-là. Je trouve ça de très mauvais goût. La folie a bon dos… Il faudrait leur dire que la psychiatrie a évolué depuis le XIXe siècle…

Il n’y a aucun amour dans cette littérature à sensation.

[Lu dans le cadre du Prix des lectrices Confidentielles 2012]

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *