André Chamson, Le chiffre de nos jours

37.98.1.96 The Metropolitan Museum of Art, New York - André Chamson, Le chiffre de nos jours

The Metropolitan Museum of Art, New York 37.98.1.96

Mon père a vécu comme un romancier qui ne ferait pas de romans, mais les illusions qui ont submergé sa vie sont devenues les réalités de mon existence. (618)

La figure du père, adepte des projets fumeux, est un personnage haut en couleur. L’épisode des charbons d’Olympie et des houilles de Cavillargues, aux rebondissements burlesques, m’a beaucoup amusée. Le cousin Paul, qui vend des fusils du modèle 66 ou 74 sous les Tropiques apporte également un peu de piquant.

Ils tuaient peu, presque par hasard, mais leur bruit suffisait à donner l’impression d’une vraie bataille (641)

Ce sont à peu près les seuls éléments ayant interpellé mon attention dans cette autobiographie. Elle recèle pourtant des endroits connus : Aumessas, Les Laupiettes, Dourbies… mais l’évocation qu’en fait André Chamson ne m’a pas apporté grand chose.

Les quatre éléments, paru 19 ans plus tôt – texte court évocateur de l’enfance – était plus dense, plus riche et rocailleux. Avec le temps, l’écriture d’André Chamson se fait plus déliée, plus mondaine, plus fade. C’est pittoresque, c’est mignon, j’ai survolé la plus grande partie du livre.

Je suis restée – et je reste encore perplexe – sur cette remarque, émise par la servante de la famille alors qu’elle craint de devenir aveugle :

Les aveugles, ça peut faire de la broderie ou des paniers. (648)

Mes pauvres yeux, régulièrement fatigués par ces jeux d’aiguilles que j’affectionne, pourraient témoigner de leur participation indispensable à cette activité. Broder dans le noir ? Mais quelle genre de broderie ????!

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *