Jean-Pierre Marielle, Le grand n’importe quoi

Jean-Pierre Marielle, Le grand n’importe quoi

Le petit frère de la comtesse n’a pas la voix dans les couilles. De son timbre chaleureux, il évoque vieux amis et bonnes bouteilles. Un humour discret, fraternel, détend l’auditrice, qui s’est laissée bercer. Pas de surprise cependant, pas d’envolées. L’homme est égal à l’image qu’on a de lui. Regarder, traîner, voyager, sont les aspirations qui habitent sa vie; faire des lectures de poèmes en prose en échange d’une chambre au bord de la mer, son projet dans l’idéal.

Le titre était prometteur. J’attendais une pensée incisive, ironique, baroque. Elle n’est que simplicité et bonheur de vivre. Jean-Pierre Marielle ayant l’élégance d’être concis , ce court livre audio m’a procuré une déception, certes, mais une déception agréable.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *