Yasushi Inoué, Le fusil de chasse, lu par Denis Wetterwald

35.105B The Walters Art Museum, Baltimore - Yasushi Inoué, Le fusil de chasse, lu par Denis Wetterwald

The Walters Art Museum, Baltimore 35.105B

J’ai lu ce roman il y a fort longtemps et l’ai réécouté avec plaisir. Il est empreint d’une délicatesse toute japonaise sur un thème déjà largement traité. Il a du caractère, un style, une personnalité, n’est pas construit sur des lieux communs. Ce qui frappe, c’est la sobriété et l’élégance de l’expression alors que les sentiments en jeu sont forts et violents. Sous une apparente simplicité, le sens de l’histoire reste mystérieux. Quelque chose qui tourne autour de la sublimation, de la maîtrise du serpent, sans doute… Je pourrai le réécouter dans quelques temps et y trouver de nouvelles profondeurs.
La préface, inclue dans la lecture, est complète et fort instructive.

Le caractère androgyne de la voix de Denis Wetterwald instille une certaine féminité. On l’écoute interpréter des lettres écrites par des femmes sans être gêné ou avoir un sentiment de contradiction. Sa lecture chaleureuse accroche, prend par la main. Il y a une tonalité qui vient du cœur chez cet interprète.

[Écouté dans le cadre du Prix Lire dans le noir 2014]

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *