Jean-Paul Kauffmann, Remonter la Marne

2008.25 The J. Paul Getty Museum, Los Angeles - Jean-Paul Kauffmann, Remonter la Marne

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles 2008.25

 La rivière descend inexorablement vers sa disparition, j’avance vers son commencement.

Encore une recommandation du Masque et la Plume qui aura fait mouche ! Cette pérégrination a soutenu mon humeur mélancolique des derniers temps avec bonheur, imprégnant mes jours des effluves de la Marne. Jean-Paul Kauffmann a une écriture élégante, sensible et littéraire. Quand il vole une pomme, il se prend pour Jean Valjean… Ronsard, La Fontaine, Pierre Dac et les pluies simeoniennes enrichissent sa route.

La Fontaine n’aimait rien tant que se promener le long de la Marne. (110)

Il se fait vagabond, et nous avec, habite son voyage de naïades, des perspectives photographiques et de contemplation de ponts.

Fragilité d’un monde en perpétuel essorage, dépourvu de moelleux. (30)

En bon conteur, il ne s’appesantit pas et arrive même à me parler de Napoléon sans me barber. Si les fils d’araignée, les odeurs d’escargot, les variations de lumière, trouvent un écho dans ses lignes, mon cœur de naturaliste s’est inquiétée de n’y voir pas poindre oiseaux et mammifères. Mais, soudain, à la faveur d’une descente en bateau, la faune se dévoile : un cerf, des hérons, des grenouilles, des canards ! Ouf !

Voilà une marche au long court qui a bien plus d’étoffe que celle de Jean-Christophe Rufin en quête de coquilles Saint Jacques et qui me laisse songeuse devant le Canal du Midi, à Toulouse, ou face au Dourdou qui passe non loin de chez moi, mais qu’il serait bien difficile de suivre autrement qu’en marchant le long de routes goudronnées… Quel dommage !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *