Victor Hugo, Les Misérables T1, Fantine, lu par Michel Vuillermoz

Victor Hugo, Les Misérables T1, Fantine, lu par Michel Vuillermoz

Là où j’ai trouvé Balzac paternaliste et hygiéniste, Victor Hugo est flamboyant. Comme lors de mon écoute du  dernier jour d’un condamné, je suis frappée par la modernité de son expression. Il commente de l’extérieur, apporte des indices, des extraits de lettres, des informations sur les personnages, ou dit son ignorance.

La souffrance sociale commence à tout âge.

Sa vision transcende les limites de son époque. Son implication humaine est toujours d’actualité.

C’est également un fabuleux conteur. Je me suis régalée avec son portrait de l’évêque de Dignes, superbe de noblesse et d’intégrité. Celui de madame Thénardier est également goûteux. Une minaudière hommasse, férue de romans sentimentaux où elle noyait ce qu’elle avait de cervelle.

Michel Vuillermoz porte à merveille cette langue crue et recherchée à la fois. Il n’hésite pas à s’arrêter pour mieux redémarrer dans les côtes abruptes du lyrisme hugolien. Sa simplicité solide touche au cœur du texte.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *