Craig Johnson, Little Bird

Vallée du Dourdou - Craig Johnson, Little Bird

Vallée du Dourdou

 Les cumulus étaient pommelés comme l’arrière-train d’un poulain appaloosa. (386)

Diable ! On prend un livre modeste et planqué dans un rayon de la bibliothèque, et en ouvrant son ordinateur, on se rend compte que la moitié de Babelio l’a déjà lu !

Au début, j’ai trouvé le style ampoulé, méticuleux et un rien vieillot. Puis autour de la page 65 a commencé à s’insinuer un humour détendu, voire franchement Pieds Nickelés ! Ce mélange d’Amérique profonde et de traits de comédie m’a déstabilisée. Walt en devient difficile à cerner. Mais j’aime être déstabilisée par une approche originale, et le roman se bonifie sur la longueur. Les dialogues restent cependant obscurs tout du long. L’intrication de parenthèses décrivant l’action au milieu des répliques m’a souvent fait douter sur l’identité du locuteur. Au final, l’intrigue est palote, mais l’ensemble est très attachant. Ambiance, personnages, enquête construite sans esbroufe, j’y reviendrai.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *