Victor Hugo, Les Misérables T3, lu par Pierre-François Garel

Victor Hugo, Les Misérables T3, lu par Pierre-François Garel

D’emblée, j’ai sauté les quarante-cinq première minutes. J’en suis au tome 3, je commence à être habituée ! En fait, écouter du Victor Hugo est un exercice de discernement et de choix personnels. On applique une lecture active,  sélectionnant par-ci par-là les passages à sauter !

Si Paris était au cœur du tome 2, Victor Hugo prend ici appui sur l’intrigue pour partir dans de longues considérations politiques. Hugo témoin de son temps ? Oui, oui ! Mais à une lectrice lambda telle que moi, ces passages historiques n’apportent rien.

Quelques descriptions délicieuses de personnages sont encore à savourer. Comme celle de cette vieille fille, attachée à son seul chat : Sa servante était, elle aussi, une variété de l’innocence. La pauvre bonne vieille femme était vierge. Sultan, son matou, qui eût pu miauler le Miserere d’Allegri à la chapelle Sixtine, avait rempli son cœur et suffisait à la quantité de passion qui était en elle. Aucun de ses rêves n’était allé jusqu’à l’homme. Elle n’avait jamais pu franchir son chat. Elle avait, comme lui, des moustaches. Ou celle de ce brigand : Gueulemer, bâti de cette façon sculpturale, aurait pu dompter les monstres; il avait trouvé plus court d’en être un.

Des zeugmas, ici et là, qui ne dépareraient pas dans la sélection que nous en fait Le Masque et la Plume une fois par mois, dans son émission littéraire.

Pierre-François Garel tâtonne, cherche, s’arrête, pour mieux repartir. On suit l’évolution du travail du comédien. Il devient de plus en plus doux et posé au fur et à mesure du livre, de plus en plus expressif. Quelques dialogues très réussis. Doucereux à souhait en Thénardier. Je lui ai souvent reproché, dans de précédentes critiques, de se relâcher sur certains passages, mais comme ici j’ai moi-même sauté la plus grande partie du livre, je ne peux que remballer mon argument !

Victor Hugo profite de ses livres pour parler de ce qui lui tient à cœur mais cela ne l’empêche pas de remplir le contrat romanesque qu’il a passé avec le lecteur en un final flamboyant. De l’action, des retrouvailles, du suspens, du drame ! On reste en haleine pour le tome 4 !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *