Craig Johnson, L’indien blanc

The Metropolitan Museum of Art 1978.412.207P5 - Craig Johnson, L’indien blanc

The Metropolitan Museum of Art, New York 1978.412.207P5

Ne fais pas ça, je ne pourrai pas te sauver de l’homme que tu deviendrais si tu faisais ça. (81)

L’ambiance est lovée, ramassée sur elle-même et les quelques lieux phares qui brillent dans la nuit de Philadelphie : un hôpital, un bar irlandais, une rivière au nom imprononçable (la Schuylkill). Craig Johnson offre une relecture de l’esprit indien imbriqué dans l’agitation de la circulation dans les rues en dessous et des grondements des avions au-dessus.

Le fond de l’intrigue, trafic de drogue et cie, m’a un peu échappé, les scènes d’action manquent de lisibilité, mais la nonchalance distanciée de Walt Longmire sauve tout. Le charme inaltérable d’Henry Standing Bear aussi. Dénuée d’arrogance et portée par un souffle qui lui imprime une personnalité originale, cette série est décidément attachante.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *