Yves Dauteuille, La collection

Yves Dauteuille, La collection

Il faut bien avouer que je n’avais pas du tout l’intention de lire ce livre. Si je suis tombée sur la page Facebook qui lui est dédié, c’était dans le cadre de ces jeux concours auxquels je m’adonne de temps en temps. Le sujet de rédaction était rigolo, j’avais du temps, j’ai pondu une petite bafouille. Heureuse initiative s’il en est, puisque mon petit vélo (voir article ci-dessus) m’a finalement permis de gagner un chouette appareil photo avec fonction qui détecte les tons chairs tel qu’un visage humain et lui ajoute un effet de douceur. Il y a pas mal de gens sur terre (puisque ça ne réagit qu’au type humain) sur qui je testerai bien cette fonction…

C’est donc sur cette perspective d’embellissement de l’humanité acariâtre et râpeuse, que je me suis décidée à ouvrir le livre joint à l’appareil.

Jolie surprise ! J’adore cette manière de détourner l’ergonomique utilitaire à des fins d’amusement littéraire. Un petit grain d’espièglerie ciselé dans ses sens et ses sonorités. L’absurdité remise à sa juste place. Le livre lui-même est un bel objet, semblable à une boîte de chocolats scintillante dont on picore avec curiosité les petites gourmandises aux formes et aux saveurs variées.

Je le garderai volontiers sous le coude pour rappeler à mes petits neurones qu’un salutaire sens du décalage est nécessaire à toute vie intègre. Et ceci d’autant plus que vous m’avez écrit une fort mignonne dédicace, Yves Dauteuille.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *