Kenneth Cook, La vengeance du wombat

Kenneth Cook, La vengeance du wombat

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les rapports de Kenneth Cook avec les animaux sont aussi intimes qu’incertains et périlleux ! Y compris et surtout avec ceux qu’on considérerai de prime abord comme inoffensifs !

Nous nous trouvons projetés dans ce Far West australien, du mauvais côté du fleuve Darling, où l’autochtone moyen, impassible devant le danger, contemple d’un œil morne les situations les plus abracadabrantes tant qu’aucun pari n’est en jeu. C’est au sein de ce pays d’électrons libres que notre auteur, sensible, hésitant, à l’imagination anxieuse fertile, se trouve entraîné comme un aimant dans des scénarios ingérables par lesquels il est très rapidement dépassé.

Délicieux de cocasserie !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *