Georges Fleury, Jean-Pierre Fleury, Histoires de saisons

Georges Fleury, Jean-Pierre Fleury, Histoires de saisons

Emprunté au rayon naturaliste pour agrémenter nos petits déjeuners de quelques lectures sauvages, ce bouquin n’a pas tenu plus d’une semaine. Dès le chapitre 2, nous avons froncé le nez. Le coucou, compagnon du printemps certes moche à nos yeux et agaçant à nos oreilles y est abondamment et avec force conviction traité de paresseux. La démonstration fait montre d’une méconnaissance profonde de la vie de cet oiseau, qui effectivement pond ses œufs dans le nid des autres, mais pour des raisons autrement plus valables qu’un banal laisser-aller anthropomorphique. Si paresse il y a, ce serait bien plutôt du côté de l’auteur qui n’a pas pris la peine de connaître son sujet…

Le reste est à l’avenant. La rumeur populaire prend le pas sur la réalité, le parler campagne alourdit inutilement et artificiellement le propos. La fable est mise sur un pied d’égalité avec la science. Racoleur, c’est le seul qualificatif qui me vient à l’esprit…

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *